💰 Revalorisation salariale : quelle arnaque !

Les annonces du 21 avril de Macron Ă  Ganges confirment ce que l’on savait depuis le dĂ©but des discussions avec le ministĂšre sur la question de la revalorisation : c’est trĂšs insuffisant pour la partie inconditionnelle (le “Socle”), inacceptable pour la partie “Pacte”, une provocation au final !

Pourtant, les personnels de l’éducation ont urgemment besoin d’augmentations de salaires. La perte de pouvoir d’achat avoisine les 25% sur les 20 derniĂšres annĂ©es. L’inflation continue de grimper. Le point d’indice n’a pas connu d’augmentation substantielle depuis 2010.

Un “socle” insuffisant

La partie inconditionnelle de la revalorisation est composée de trois volets :

1. l’augmentation de l’ISOE/ISAE (et indemnitĂ©s correspondantes pour les CPE, psyEN et professeur·es documentalistes), pour les porter Ă  2550 bruts/an. Cela correspond Ă  une augmentation de moins de 100€ net ;

2. l’augmentation de la prime d’attractivitĂ© jusqu’à l’échelon 7 selon les montants suivants :

Ă©chelon 1 : + 795€ Ă©chelon 2 : + 667€ Ă©chelon 3 : + 1128€ Ă©chelon 4 : + 1146 €
Ă©chelon 5 : + 1521€ Ă©chelon 6 : + 1368€ Ă©chelon 7 : + 513€ Ă©chelon 8 et suivants : +0€

Les professeur·es contractuel·les ne peuvent compter que sur une augmentation de 300€ bruts de la prime d’attractivité !

3.des mesures de facilitation d’accùs à la hors classe (par un passage d’un taux de promotion de 18% par an à 23% à terme) et à la classe exceptionnelle (par la fin de la limitation de la classe exceptionnelle à 10% du corps)

Cette augmentation est trÚs insuffisante :

  • elle est de 1,9 milliards d’euros par annĂ©e civile, ce qui est trĂšs peu rapportĂ© Ă  la masse salariale des personnels concernĂ©s
  • cela se traduit par une moyenne de 5,5% par personnel, trĂšs loin des 10% annoncĂ©s par Macron pendant la campagne
  • elle exclut les personnels non enseignants, notamment les AED et AESH

Pendant ce temps, le budget de l’armĂ©e explose avec une augmentation de 3,1 milliards d'euros en 2024 ! Le budget du SNU s’élĂšve Ă  140 millions. Le refus d’augmenter significativement les personnels de l’éducation est un choix politique !

Un “Pacte” inacceptable

La mouture finale du Pacte est maintenant connue. Il consiste Ă  accepter 1, 2 ou 3 “missions” rĂ©munĂ©rĂ©es chacune 1250 € bruts/an. Voici les missions en question, avec la quotitĂ© horaire exigĂ©e.

1250 € bruts / an = Premier degrĂ© Second degrĂ©
Tranche de 18h soutien en 6e remplacement de courte durée
Tranche de 24h stages de réussite pendant les vacances, soutien renforcé aux élÚves dans les écoles devoirs faits, stages de réussite pendant les vacances, soutien renforcé aux élÚves dans les écoles
Forfait annuel coordination de projets CNR, accompagnement des élÚves à besoins éducatifs particuliers, coordination du dispositif découverte des métiers dÚs la 5e coordination de projets CNR, accompagnement des élÚves à besoins éducatifs particuliers, coordination du dispositif découverte des métiers dÚs la 5e

Pour les distribuer, les chef·fes d’établissement ou les directeurs·rices d’école devront d’abord identifier les “besoins” et prĂ©senter une rĂ©partition en Conseil pĂ©dagogique ou en Conseil des maĂźtres. Ils et elles devront ensuite rĂ©partir en prioritĂ© les remplacements de courte durĂ©e (2nd degrĂ©) et le soutien en 6e (1er degrĂ©), avant de distribuer les pactes liĂ©s aux autres missions s’il en reste. On peut imaginer, tant l’accent est mis sur les remplacements de courtes de durĂ©e par Macron et Ndiaye, qu’en rĂ©alitĂ© l’essentiel des enveloppes de Pacte sera prĂ©vu pour cela (et que donc trĂšs peu ira au premier degrĂ©). Ce sont Ă  la fin les chef·fes d’établissement ou les directions d’école en lien avec les IEN qui distribueront les pactes ! Les chef·fes d’établissement percevront 1000 euros pour le faire.

Retrouve en détail l'évolution des rémunérations en 2023 par grade et échelon

Pour SUD, le projet de Pacte est inacceptable :

âžĄïž il renforce les inĂ©galitĂ©s hommes/femmes et valides/personnes handicapĂ©es : les hommes dits valides sont plus Ă  mĂȘmes de prendre en charge des missions supplĂ©mentaires

âžĄïž il allonge le temps de travail, alors mĂȘme que les Ă©tudes montrent que les enseignant·es en France travaillent dĂ©jĂ  plus de 43h par semaine

âžĄïž il donne un pouvoir dĂ©mesurĂ© Ă  la hiĂ©rarchie, chef·fes d’étalissement et IEN, mais aussi aux directions d’école

âžĄïž il entĂ©rine les suppressions de postes de remplaçant·es

Il faut refuser le Pacte et sa logique !

Afin d'animer une RĂ©union d'Information Syndicale sur ce sujet : Retrouve un diaporama explicatif sur le Pacte

 

SUD Ă©ducation appelle les personnels Ă  :

📱 dĂ©finir des revendications et moyens d’action pour obtenir de vraies augmentations de salaires, pour tous les personnels

📱 porter largement la discussion autour du caractĂšre nĂ©faste du Pacte et dĂ©cider collectivement de son refus pur et simple dans les Ă©coles et Ă©tablissements

📱 porter en CA, par des pĂ©titions etc., le refus du Pacte et les revendications salariales

 

SUD Ă©ducation rappelle que le Pacte ne peut ĂȘtre imposĂ© Ă  aucun personnel et se tiendra Ă  disposition des personnels pour argumenter, mobiliser et dĂ©fendre les collĂšgues qui subiraient des pressions.

télécharge le tract de la Fédération SUD éducation en format pdf